Chronique horticole

Accueil » Environnement » Chronique horticole

Comment réduire son utilisation en eau dans son potager

On le sait, l’eau est de plus en plus rare et il ne faut pas la gaspiller. Outre le lavage des voitures ou des entrées en asphaltes à proscrire, il y a quelques actions au potager qui peuvent réduire votre utilisation d’eau. Voici quelques trucs et astuces pour vous aider.

#1 une bonne utilisation du paillis

Le paillis est le meilleur ami du jardinier. Lorsqu’il est utilisé correctement, il permet de retenir l’humidité au sol et aide au désherbage. Par contre, il faut une épaisseur d’environ 8 à 10 cm pour qu’il soit efficace. Aussi, le paillis coloré noir attire les rayons du soleil et peut faire l’effet contraire et dessécher le sol.

#2 les barils récupérateurs d’eau de pluie

Les barils récupérateurs d’eau de pluie peuvent emmagasiner une réserve d’eau utilisation au potager. Si vous le connectez sur vos gouttières, toute l’eau qui tombera sur votre toit sera recueillie dans le baril. Bien que les pluies sont rares ces temps-ci, il est très pratique lors des orages, qui eux, sont plus fréquents.

#3 le choix des végétaux

Lorsque vous faites votre potager ou vos plates-bandes, assurez-vous de choisir des végétaux qui résistent bien à la sécheresse; sauge russe et sédum par exemple sont magnifiques même lorsque l’eau se fait plus rare.

#4 la période d’arrosage

En période de sécheresse, il est recommandé d’arroser votre potager tôt le matin ou tard le soir. De cette façon, le soleil ne provoquera pas l’évaporation de l’eau que vous avez apportée au sol. Toute l’eau servira aux plantes. Aussi, le soleil peut agir comme une loupe si des gouttes d’eau restent sur le feuillage, ce qui peut créer des brulures si l’arrosage est fait le jour.

#5 ou mettre l’eau

Afin de réduire votre utilisation d’eau, arroser manuellement vos plants. Disposer l’eau directement aux pieds de vos plants plutôt que partout sur le feuillage. De plus, si vous avez fait des petites cuvettes pour retenir l’eau autour de vos plants, vous serez en mesure de réduire le gaspillage de l’eau.

Pour terminer, les centres de jardins sont pris d’assaut ces temps-ci par les jardiniers. Si vous souhaitez vous procurer des végétaux ornementaux ou quelques légumes, l’organisme HORTÉCO de Sainte-Julienne propose une vente à compter du lundi 1er juin. Les réservations se font par téléphone ou courriel et la cueillette des végétaux est sur rendez-vous seulement. Toutes les mesures de distanciation sociale seront prises. Les quantités sont limitées et c’est 1er arrivé 1er servi.

Vente de végétaux Claude Neveu
Vente de végétaux Yvon Céré

Yvon Céré 450-831-3323         yvonetchristiane@videorton.ca

Claude Neveu 450-831-3154         cneveuc@netscape.net

Préparation et plantation du potager        

Le beau temps est enfin arrivé et vous êtes impatients de faire votre potager. Voici quelques étapes importantes pour réussir son potager :

  • Préparer le sol : votre sol doit être ameubli pour faciliter la croissance des racines. Retourner la terre avec une bêche ou un rotoculteur;
  • Type de sol : votre sol doit avoir certaines caractéristiques pour permettre une croissance optimale de vos légumes. Un sol trop sableux ne retiendra pas assez l’eau alors qu’un sol trop argileux retiendra trop l’eau;
  • Amender le sol : quel que soit le type de votre sol, l’ajout de compost est nécessaire pour la croissance des légumes. Le compost permet de retenir l’eau, mais nourrit également les végétaux. Il faut cependant bien le mélanger au sol. Il ne faut surtout pas mettre une poignée de compost dans le trou de plantation de vos petits légumes, les racines peuvent brûler.

Plantation de vos tomates :

Celles-ci peuvent être plantées très profondément. Les 1res feuilles peuvent toucher la surface du sol. Vos plants seront que plus vigoureux.

Plantation des concombres :

Contrairement à la tomate, les concombres n’aiment pas être transplantés. Il est recommandé de les planter légèrement plus haut que le niveau du sol. Sinon, l’option de les semer directement en pleine terre fonctionne très bien. Votre récolte sera plus tardive, mais vous pouvez trouver facilement des variétés qui produisent des légumes rapidement.

Plantation des autres légumes :

Lorsque vous planterez vos légumes, il est recommandé de former une petite cuvette autour des plants pour retenir l’eau lors des arrosages. Il suffit de planter les plants plus bas que le niveau du sol et de former un beigne pour retenir l’eau.

L’arrosage :

L’arrosage est primordial, surtout lors des nouvelles plantations. Le soleil et le vent assèchent vos plants. Il est recommandé de ne pas arroser le feuillage pour éviter les brûlures dues au soleil et les maladies du feuillage. La fréquence d’arrosage va dépendre de votre type de sol, s’il retient bien l’eau ou non. En règle générale, le sol doit être humide, mais non gorgé d’eau. Pour savoir si vous devez arroser, insérer votre doigt dans le sol. Si le sol est sec à 1 pouce de profondeur, il faut arroser.

Pour terminer, la question que tout le monde se pose, quand puis-je planter mes plants. Il faut faire attention au risque de gel au sol. Il n’y a pas de recette miracle, mais en général, pour Sainte-Julienne, il faut attendre la dernière fin de semaine de mai. Si un risque de gel est annoncé après que vous ayez planté vos légumes, vous avez deux options.

1- Étendre une couverture sur vos plants pour que le gel ne touche pas le feuillage;

2- Programmer son système d’arrosage pour que celui-ci asperge vos plants toute la nuit. Loin d’être écologique, il n’est pas recommandé pour préserver l’eau.

Bonne plantation.

L’effervescence du printemps

Vous êtes à la maison depuis un moment déjà et vous êtes impatients de sortir dehors et profiter des beaux jours? N’ayez crainte, ils arriveront bientôt!

En attendant de voir vos tulipes fleurir et de récolter les légumes et les fruits de votre potager, il y a quelques petits travaux que vous pouvez faire dès maintenant.

Division de vos vivaces

Vous avez des hémérocalles, hosta ou d’autres vivaces de grosses dimensions, vous pouvez les diviser dès maintenant. En effectuant cette tâche tôt au printemps, vous favorisez la reprise racinaire et vous réduisez leur besoin en eau. Il faut s’assurer que le sol reste humide lors des divisions, mais la pluie fera le travail pour vous. Une chose importante à retenir : faire des coupes franches! Vous pouvez utiliser une pelle bien aiguisée ou même un couteau de cuisine.


Source photo : http://www.casatv.ca

Taille de vos arbres

Parfois, l’hiver laisse des cicatrices sur vos arbres et les branches cassées doivent être retirées. Ils sont la porte d’entrée pour les insectes et les maladies. Il faut couper ces branches en effectuant une coupe nette et franche. Les outils doivent être désinfectés entre chaque coupe et bien affutés.  Il n’est pas recommandé d’ajouter un produit sur la plaie suite à la coupe, l’arbre effectuera sa cicatrisation naturellement.

Nettoyage de vos plates-bandes

La neige est arrivée trop tôt l’automne dernier et vous n’avez pas eu le temps de nettoyer vos plates-bandes? Faites-le dès maintenant. Il sera plus facile de retirer feuilles et branches mortes avant que les bourgeons commencent à sortir. Les graminées ont besoin d’avoir leur feuillage coupé à environ 6 pouces du sol pour bien bourgeonner au printemps.

Plantation

Oui, vous avez bien lu, plusieurs fournisseurs offrent des plants à racines nues. Ces plants, souvent des arbres, doivent être plantés le plus tôt possible, sinon les racines s’assècheront.

Selon les fournisseurs, vous pouvez vous procurer ces plants en achetant par internet et la livraison est directement à la maison.

La récupération alimentaire

Le principe de la récupération alimentaire est simple : réduire le gaspillage des aliments. L’objectif peut être atteint simplement en apprêtant des fruits et légumes défraîchis ou en transformant des restants du souper en lunch pour le lendemain.

Commençons par la réutilisation : en cuisine on utilise du bouillon de légumes.  Lorsque vous cuisinez, conservez  les rognures de carottes, oignons, céleris ou autres légumes dans un sac ou dans un bac au congélateur. Lorsque vous en aurez une bonne quantité, faites les bouillir dans une grande quantité d’eau pendant une heure. Une fois filtrée, « tadam » vous aurez votre bouillon de légumes!

Savez-vous que les légumes que vous achetez à l’épicerie sont encore vivants? Plusieurs fruits et légumes peuvent être conservés pour une future production et ainsi avoir une deuxième vie… Laitue, échalote, céleri, oignon et même vos fines herbes peuvent poursuivre leur croissance après que vous en ayez retiré une partie pour votre consommation. Vous pouvez conserver dans l’eau ou dans la terre la partie non utilisée et le légume continuera à pousser pour une utilisation future. Une solution pour reproduire à l’infini ses propres légumes chez soi ! Dans sa cuisine, sur un rebord de fenêtre, on peut recycler les déchets autrement que sur le compost.

Voici quelques règles de base et quelques exemples :

  • Importance de la luminosité et de la chaleur, surtout au début de la croissance.
  • Il faut changer l’eau tous les jours. Après 2 ou 3 semaines, les racines des boutures sont développées, on peut donc les mettre dans un pot de terreau.
  • Il est préférable pour certains légumes, comme l’oignon, d’être mis en terre directement. Il ne sera pas possible d’obtenir un nouvel oignon, mais des pousses vertes que l’on peut ajouter dans de nombreuses recettes ;
  • Les pommes de terre : coupez les tubercules en deux en veillant qu’il y ait deux yeux. Faites sécher quelques jours les morceaux, puis plantez-les dans un grand volume de terreau.

Essayez-le avec vos touts petits, ils seront fascinés!


Source photo : www.bioalaune.com

CAPSULES
Crédit : Produit par Yves Gagnon des Jardins du Grand-Portage
jardinsdugrandportage.com

En route vers l’autonomie alimentaire!

En cette période de pandémie, on parle beaucoup d’autonomie alimentaire, mais concrètement, en quoi ça consiste? Il s’agit de produire en partie ou en totalité les aliments que nous mangeons et par le fait même, baisser le coût de votre panier d’épicerie. Il y a plusieurs trucs et astuces que vous pouvez faire à la maison, et ce, dès maintenant.

Les semis

Vous souhaitez vous faire un potager à la maison, la première étape est de faire vos semis. Les semis consistent à planter des semences dans le sol qui, avec les bons soins et un entretien adéquat, vous permettra dans quelques semaines de récolter vos fruits et légumes.

Commencer par cibler vos besoins : quels  sont les fruits et légumes que vous consommez le plus? Prévoyez-vous faire des conserves ou des confitures? Quel est l’espace dont vous disposez pour cultiver vos légumes? Que ce soit en pleine terre ou sur votre balcon, tout est possible si vous planifiez bien vos besoins.

Une fois que vous avez décidé ce que vous voulez produire, il vous faudra trouver les semences. Plusieurs producteurs de semences offrent l’achat par internet. Par contre, savez-vous que vous pouvez utiliser des fruits et des légumes frais? En effet, vous pouvez garder quelques graines fraiches de vos tomates, poivrons, concombres et courges. Il vous suffit de bien les nettoyer avant de les planter dans votre terreau. Vous trouverez sur internet plusieurs calendriers de semis pour vous aider dans la planification de ceux-ci. Les semis de tomates peuvent être faits en avril alors que les concombres peuvent être faits à l’intérieur à la mi-mai.

Les contenants

Le contenant dans lequel vous faites vos semis est secondaire. Vous pouvez laisser aller votre imagination et créativité en utilisant tout ce que vous voulez. Coquilles d’œuf, contenants de yogourt, bouteilles de plastique, etc.

Le terreau

Pour faire vos semis et avoir du succès, il est important d’avoir un terreau léger. Malheureusement, la terre de vos plates-bandes ne convient pas. Il faut un terreau qui retient suffisamment l’eau, mais pas trop. Il est conseillé d’avoir un terreau constitué de 1/3 de compost, 1/3 de mousse de tourbe et 1/3 de perlite. Vous pouvez également retrouver dans les centres jardins et les quincailleries du terreau à semis.

L’entretien

L’art de l’entretien…c’est souvent à cette étape que les gens disent « je n’ai pas le pouce vert ». L’eau, le soleil et la chaleur sont indispensables pour vos semis. Pour les garder dans un environnement adéquat, vous pouvez utiliser par exemple, un contenant de pâtisserie avec un couvercle transparent. Il permettra de garder l’humidité tout en permettant au soleil de pénétrer. Il faut placer vos semis à un endroit qui dispose d’au moins 6 à 8 heures de luminosité et d’une température d’environ 23°C.

Assurez-vous d’arroser vos semis suffisamment pour garder le sol humide, mais sans le gorger d’eau. Les racines de vos bébés plants doivent respirer.

Comme une image vaut mille mots, vous trouverez ci-dessous deux capsules vidéos réalisées par M. Yves Gagnon, une sommité dans le domaine horticole.

CAPSULES
Crédit : Produit par Yves Gagnon des Jardins du Grand-Portage
jardinsdugrandportage.com

Biographie de M. Yves Gagnon

Yves Gagnon est reconnu à l’échelle du pays pour ses compétences dans le domaine, il enseigne l’agroécologie dans des écoles de formation professionnelle. Il a aussi été chroniqueur horticole pendant 10 ans à Radio-Canada dans le cadre de l’émission La Semaine Verte. Même s’il est avant tout jardinier, Yves Gagnon partage son expérience et sa passion pour le monde végétal et l’écologie par l’écriture de plusieurs ouvrages sur le jardinage et la culture écologiques. Depuis maintenant 41 ans, il aménage avec passion les Jardins du Grand-Portage de Saint-Didace dans lesquels il produit des semences de légumes.

Bonne chance et surveillez notre prochaine chronique horticole!

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Novembre